Un Chant de Noël

Le très attachant « Chant de Noël » de Charles Dickens nous est offert sous une forme musicale à l’Artistic Théâtre. Cette histoire à la moralité touchante, tourne au conte de fées, laissant enfants et adultes sur un nuage !

L’avare imaginé par Charles Dickens est, pour les Anglo-Saxons, aussi célèbre que notre Harpagon national. Ebenezer Scrooge puisqu’il s’agit de lui, marquera si bien les esprits qu’il donnera naissance, quelques décennies plus tard, au fameux Oncle Picsou
Quel magnifique repoussoir ! Grand vieillard au cœur sec, Ebenezer Scrooge a tout sacrifié sur l’autel de la fortune. Il accumule deux choses : les espèces sonnantes et trébuchantes et les tares. Et il ne faudrait pas compter sur Noël pour l’attendrir. Pour chasser le naturel, rien de tel que le surnaturel ! L’apparition d’un esprit, (incarnation de sa conscience enfin réveillée), et sa joyeuse et terrifiante cohorte d’acolytes, va parvenir à l’ébranler en usant d’une imparable méthode : lui proposer un retour vers le futur et lui laisser entrevoir la fin de sa vie. Mis en face d’une terrible réalité, sa mort solitaire et misérable, Ebenezer Scrooge va enfin laisser parler les bons sentiments qu’il a trop longtemps étouffés. En sauvant le jeune enfant malade de son employé, que la pauvreté, conséquence directe de sa pingrerie, a condamné.

Talents êtes-vous là ? La réponse est assurément oui ! La réussite est au rendez-vous grâce d’abord à l’association d’un trio de choc : Éric Chantelauze au livret (bien épaulé par Julien Mouchel et Vincent Merval), Samuel Sené à la mise en scène, et excusez du peu, Michel Frantz à la musique. Tous secondés par l’ingéniosité d’Harold Simon à la création vidéo et les chorégraphies inspirées voire endiablées d’Amélie Foubert.
C’est aussi le résultat d’une distribution irréprochable. Vincent Morisse, dans le rôle principal, Julie Costanza en esprit espiègle et déterminé, June Van der Esch, Inès Amoura et enfin, trois rôles masculins admirablement tenus par Régis Olivier, Mehdi Vigier et Julien Ratel. On ne peut que s’incliner et applaudir l’homogénéité d’une troupe toujours au diapason et parfaitement convaincante.


La qualité de ce spectacle, dont le côté vivant est accentué par la présence de quatre musiciens sur scène, lui permet d’être vu par un public de tous âges, y compris les très petits. Pour les plus grands, le happy end et le côté joyeux et léger du spectacle auquel personne ne résistera, ne les empêchera pas d’être interpelés par la dimension sociale et morale, inhérente à toute l’œuvre du grand Dickens. Autant de raisons de se laisser aller, et avec quel plaisir, aux songes de cette nuit d’hiver !

Texte et photos : Philippe Escalier, tous droits réservés

Artistic Théâtre : 45 bis, rue Richard Lenoir 75011 Paris
Samedi à 18 h, dimanche à 11 h, mercredi à 14 h ; Durant les vacances, jeudi et vendredi à 14 h – 01 43 56 38 32

DSC_8087 copieDSC_8490 copieDSC_8622 copieDSC_8785Affiche Scrooge légère

 

 

A propos Sensitif

Journaliste, photographe, éditeur du magazine Sensitif : www.sensitif.fr
Cet article, publié dans Spectacle musical, Spectacle vivant, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s