Jeanne Plante est chafouin

DSC_0267Chanteuse, danseuse et actrice, accompagnée par trois musiciens, Jeanne Plante se révèle maîtresse dans l’art de donner plaisirs et émotions à son public. Elle nous offre, tiré de son dernier album, un spectacle musical plein de folie, attachant et drôle, à découvrir à Paris comme en régions.

Son thème principal, c’est l’amour. Pas n’importe lequel. Pour Jeanne Plante, rendue chafouin par cette vie où rien ne se passe comme elle le voudrait, les sentiments sont vrais, forts et ils décoiffent. Et il ne faut pas compter sur elle pour jouer la fille énamourée : ceux qui espèrent Juliette, éperdue, attendant Roméo sur son balcon, passeront leur tour. Avec elle, l’amour est physique. Mais toujours poétique et ludique, dans ce mélange détonnant qui apporte à tous ses textes une beauté originale, rehaussée par les aspects burlesques et baroques d’une mise en scène bien pensée, signée Patrice Thibaud. Qu’elle reprenne un texte de Vincent Rocca « La Bouillabaise » ou qu’elle proclame bien fort, « je jouis et ça fait du bruit », l’humour est son antidote, elle nous parle de la vie, sans manières ni besoin de choquer, en évoquant des états d’âmes parfois mélancoliques mais empreints d’une générosité salvatrice. Difficile de ne pas voir que son cœur est aussi grand que son imagination. Même lorsqu’elle égratigne dans une délicieuse et irrésistible chanson, « La chieuse des vacances ». Pour ses surprenantes et trépidantes romances, au style direct et imagé, elle est accompagnée par trois musiciens, Jérémie Pontier au synthé, Jacques Tellitocci, faisant de la musique avec tout, y compris des casseroles et Philippe Desbois aux cordes. Les trois complices s’en donnent à cœur joie et, en particulier les deux premiers, sont autant accompagnateurs qu’acteurs. L’on assiste donc à un choc musical de personnalités hautes en couleurs. Jeanne arrive sur scène costumée comme une Du Barry punk et finit en collants, façon Zizi Jeanmaire, jouant tout du long avec un art de la comédie, qui fait certes partie de sa formation, mais qu’il est rare de trouver chez une chanteuse. Si elle est capable de tout jouer, c’est sans jamais tricher et son authenticité lui permet de créer cet univers unique dans lequel le spectateur se sent comme dans un cocon, qui, loin de le rendre chafouin, va lui donner la pêche pour un long moment.

Texte et photos : Philippe Escalier

6 avril 2019 à SOTTEVILLE LES ROUENS (76)
19 avril 209 à ANNEMASSE (74)
27 avril 2019 à PORNICHET (44)
10 mai 209 à LUXEY (40)
27 mai 2019 à MEZIDON (14)DSC_0316DSC_0340DSC_0428DSC_0286

A propos Sensitif

Journaliste, photographe, éditeur du magazine Sensitif : www.sensitif.fr
Cet article, publié dans Cabaret, Chansons, Musique, Spectacle musical, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s