Les Demoiselles du K-barré

Le OFF d’Avignon ne manque pas de pépites. Aussi inventif que festif, « Les Demoiselles du K-barré », un cabaret déjanté, imaginé par Pauline Uzan, a tout pour nous séduire. On a beaucoup aimé cette troupe de quatre artistes qui met, dans la douceur, le feu à L’Arrache-Cœur.

Pas simple de s’attaquer au thème du cabaret. Beaucoup y ont laissé des plumes ! Pauline Uzan a décidé de s’emparer du genre mais pour casser les codes. Mission accomplie. Avec « Les Demoiselles du K-barré », elle a créé un spectacle bourré d’humour, cravaché par une bonne dose de dérision, biberonné à la folie et charpenté par une construction irréprochable. Rien n’est laissé au hasard, ce spectacle, indubitablement pro, est galvanisé par une générosité incroyable : la troupe a visiblement décidé de donner le meilleur au public. Aux côtés de Vanessa Ghersinick et Roxane Merlin, Pauline Uzan, qui assure aussi la mise en scène, nous donnent une vision de la femme, séductrice, dominatrice, mais aussi fragile et surtout, délivrée des canons sévères et restrictifs de la froide beauté classique. Nous assistons à un festival de charme d’autant plus dévastateur qu’il est empli d’humour. Les quatre artistes se moquent de tout et surtout d’eux-mêmes. Au milieu de ces trois filles à fort caractère, jouant les aguicheuses comme personne, Harold Simon est loin d’être perdu ! Un peu tyrannisé au départ, (l’homme objet, quelle tentation !), il incarne le partenaire idéal. Sexy, souriant et dynamique, (visiblement doué et en rien, prisonnier d’un physique avantageux), le jeune comédien, si expressif, apporte sa part de fraicheur. Il joue le jeu avec autant de force et de ferveur que ses trois partenaires. Tous quatre sont parfaitement à l’unisson. La salle est le cinquième acteur de ce spectacle original et décoiffant. Elle participe et réagit tout du long et finit en envahissant la scène pour danser avec la troupe. Il n’est pas de spectacle réussi sans échange. Il est ici parfaitement au rendez-vous. Le public vote avec ses mains…et ses pieds, les trainant au maximum pour quitter la salle.

Texte et photos : Philippe Escalier

L’Arrache-Cœur : 13, rue du 58e R.I. 84000 Avignon
Jusqu’au 29 juillet 2018  à 22 h 20

Relâches les 18 et 25 juillet –  04 86 81 76 97

IMG_6924DSC_8066DSC_8010DSC_7999DSC_8051

A propos Sensitif

Journaliste, photographe, éditeur du magazine Sensitif : www.sensitif.fr
Cet article, publié dans Cabaret, Danse, Divertissement, Non classé, Spectacle musical, Spectacle vivant, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s