L’ARTISHOW

 

En découvrant le nouveau spectacle de l’Artishow conçu par
Xavier Barboteu, on assiste à la transformation réussie d’un café-théâtre ayant
su garder l’esprit convivial et festif qui a fait son succès tout en se hissant
au plus haut niveau. Nouvelle immersion dans l’univers de l’incontournable
cabaret parisien.

 

Depuis des années, l’Artishow a su démontrer que
professionnalisme pouvait se conjuguer avec esprit de troupe et de famille.

C’est la même équipe, légèrement étoffée, que l’on retrouve
au fil des ans avec, pour les habitués, le sentiment de revoir des amis de
longue date. Si l’on découvre l’endroit pour la première fois, l’impression est
toujours la même, un bel étonnement devant ce spectacle unique en son genre.
Dans cette fête, rien de superficiel, tout est généreux et authentique, depuis
l’accueil jusqu’aux remerciements finaux. C’est la troupe qui vous reçoit sur
le perron du cabaret, c’est elle qui assure le service pendant le repas dans
une ambiance déjà un peu survoltée. Avec le pousse-rapière en guise d’apéritif,
tout ce que l’on vous sert est présenté simplement (pas de chichis) mais c’est
indiscutablement bon : du foie gras en entrée, une blanquette de veau avec
des petits légumes et un croustillant au caramel en dessert avec un bon choix
de vins et un pain de campagne bio. Le repas servi, le gong retentit plusieurs
fois : le spectacle peut commencer !

 Loin des numéros qui s’enchaînent, Xavier Barboteu a
toujours voulu s’inscrire dans une thématique et recréer un univers. Que ce soit
ses idées de mise de scène, les costumes (toujours plus riches et plus
étonnants, on pourrait s’imaginer parfois au carnaval de Venise), les
performances des artistes, on devine un travail considérable et le résultat est
(ô combien !) à la hauteur. Les références nombreuses dont chaque épisode
est émaillé plongent, cette fois-ci, leurs racines dans le cinéma. La parodie,
présente avec Framboise (qui unit à jamais Marie-Paule Belle et Sylvie Joly) et
Mamyta (incroyable Bardot et Mme de Fontenay), vient ponctuer des numéros qui
ne sont plus de l’imitation tant l’univers recréé est personnel et fort. Que ce
soit Tina Turner (avec Adam, l’un des deux petits nouveaux), Julie Pietri
(Galipette), Christophe Willem (Antoine), Charles Aznavour (Jean-Yves) ou Marilyn
Monroe, on croit aux personnages avec lesquels on vibre et on salue la
performance. Les danseurs Stéphane, François et Nicolas (qui fait également un
superbe Charlot) servent parfaitement les chorégraphies maison qui allient la
fantaisie, l’humour et la danse sous le regard de Pascal et Gregory, les deux
grooms tout de rouge vêtus, paraissant sortir d’un livre de Tintin et qui
passent de la salle à la scène pour agrémenter la soirée de leurs facéties.

Machine à donner du bonheur, l’Artishow devrait, par les
temps qui courent, être reconnu d’utilité publique ! Un peu caché dans le
XI
e arrondissement, le cabaret transformiste, en quelques années, a
su s’imposer et gagner une notoriété que beaucoup doivent lui envier
aujourd’hui.

Philippe Escalier pour http://www.sensitif.fr


3, cité Souzy 75011 Paris

01 43 48 56 04

http://www.artishowlive.com

A propos Sensitif

Journaliste, photographe, éditeur du magazine Sensitif : www.sensitif.fr
Cet article a été publié dans Spectacle vivant. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s