Interview de Jean-Claude Dreyfus

Homme de spectacle présent sur tous les fronts, ce comédien reste d’une absolue fidélité à la scène où il peut donner toute la mesure de son talent. L’adaptation du Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens au Vingtième Théâtre lui apporte un rôle en or et nous offre le plaisir d’une rencontre.

 

Gérald Garutti a adapté le livre de Jean-Léon Beauvois et Robert-Vincent Joule. Que diable faites-vous dans cette pièce ?

 

(Rires.) J’y joue une double partition très jubilatoire, le diable (avec de jolies cornes) et le bon Dieu, et accessoirement Corneille ! Le spectacle, avec un peu de magie, de parodie, de poésie, quelques effets, beaucoup d’humour, est presque du cabaret, ce qui n’est pas pour me déplaire. On aborde les grands manipulateurs de quelque bord que ce soit, et ce en pleine campagne électorale où, tout de même, la manipulation reste un peu le b.a.-ba. Mais nous, nous sommes plus drôles !

 

Comment nourrissez-vous vos personnages ?

De tout ce qui m’environne et m’enrichit. De plus, Gérald Garutti est un metteur en scène qui a toujours beaucoup d’idées, ce qui ne m’empêche pas de lui proposer plein de choses, étant plutôt généreux et inventif avec mes personnages. Pour le bon Dieu, j’ai trouvé cette astuce de le rendre aveugle. Ce ne sont pas les idées qui manquent, je dois tout noter sans quoi j’oublie ! Après, on garde ce qui marche et on le refait tous les soirs : finalement, c’est du boulot en plus !

 

Quand on vous suit parce qu’on aime votre travail, on reste un peu essoufflé. Vous n’arrêtez jamais ! Prendre de l’âge dans ce métier c’est rajeunir ?

Pas tout à fait ! On se fatigue plus vite, je peux en témoigner. Mais j’ai du mal à refuser ce qui m’attire. Dans quelques jours, le 18 avril, sort au cinéma La Fontaine ou le Défi de Daniel Vigne où Lorant Deutsch incarne le fabuliste. Quant à moi, j’incarne un joli personnage qui doit surveiller pour le roi ce farfelu génial. La Fontaine est universellement connu, et pourtant c’est le premier film qui lui est consacré.

Par ailleurs, je serai à Avignon en juillet. Mais auparavant, fin juin, je pars en Bretagne pour trois grandes soirées autour de la sortie du second disque de rock celte d’Alan Simon. Et puis, durant Avignon, je m’évade pour labelliser (labelliser, c’est plus rigolo que parrainer, non ?) le festival de Sancerre qui va regrouper quelques grandes pointures du jazz.

 

La campagne électorale, pour en dire un mot, vous passionne ou vous assomme ?

C’est un peu tristounet. Surtout au début, avec les « débats » pour choisir la candidate qui étaient des monologues de solitude totale imposés par la gagnante, on le sait. Ce qui est bien, c’est qu’il y ait trois candidats actuellement, et surtout que le troisième ne soit pas « l’autre » ! D’accord Bayrou est de droite…

 

Mais Royal aussi !

Oui, c’est la caractéristique aujourd’hui, ils sont tous de droite !

 

Revenons à nos moutons : content d’être dans ce théâtre, si j’ai bien compris ?

Oui, vraiment. C’est une bonne salle. Il faut juste vaincre les dernières réticences : il y a quelques jours, deux dames très chics sont venues me demander ce que je faisais. J’ai parlé du spectacle et lorsque j’ai précisé où je jouerai, elles ont fait la grimace. Alors je leur ai dit : « Mais c’est à Paris, il y a un métro, des bus, des cafés, c’est comme si vous étiez dans le XVe, simplement c’est plus gai ! »

Philippe Escalier pour www.sensitif.fr

Photo :

Patrice Berchery Dipzone Studio

Vingtième Théâtre

7, rue des Plâtrières 75020 Paris

M° Ménilmontant

Jusqu’au 13 mai :

Du mercredi au samedi à 20 h, le dimanche à 15 h

01 43 66 01 13

A propos Sensitif

Journaliste, photographe, éditeur du magazine Sensitif : www.sensitif.fr
Cet article a été publié dans Interviews. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s