Julien Baptist incarne Jeffrey

L’AUTEUR AMÉRICAIN PAUL RUDNICK A ÉCRIT UNE COMÉDIE DRÔLE ET PLEINE DE VIE SUR LE DIFFICILE SUJET DU SIDA. DEPUIS 1993, JEFFREY A CONNU DE TRÈS BEAUX SUCCÈS SUIVIS D’UNE ADAPTATION CINÉMATOGRAPHIQUE AVEC UNE BELLE DISTRIBUTION MAIS AU RÉSULTAT MITIGÉ. LE METTEUR EN SCÈNE CHRISTIAN BORDELEAU A DÉCIDÉ DE REVENIR AUX ORIGINES DE LA PIÈCE. APRÈS TORCH SONG TRILOGY, IL S’EST EMPARÉ DE L’OEUVRE POUR EN DONNER, AU THÉÂTRE CLAVEL, UNE ADAPTATION À LA FOIS FIDÈLE, ORIGINALE ET DYNAMIQUE, SERVIE PAR DE JEUNES COMÉDIENS. PARMI EUX, JULIEN BAPTIST INTERPRÈTE LE RÔLE-TITRE.

Il sera bien diffi cile d’enfermer dans une catégorie précise ce garçon volubile et passionné. Lui qui a commencé à apprivoiser les caméras à l’âge de quatorze ans revendique ses ascendances américaines pour clamer son amour du spectacle, toutes frontières confondues. Comédien, danseur, chanteur, ses expériences comme ses envies le poussent à user de toutes les facettes d’un métier qui le rend heureux.

« Aujourd’hui, je sais ce que je veux et je suis capable de l’exprimer durant des heures en interview ! »  Ne surtout pas lui répondre « chiche » ! Sourire en coin, avec une bonne dose d’espièglerie, il aborde chaque question avec une énergie contagieuse. « J’ai envie de toucher à tout, sans vouloir être le meilleur en tout, mais je veux être bon dans tout ce que j’entreprends. »

Originaire d’Angers (une mère soutien indéfectible et un père militaire un peu plus réticent), Julien Baptist est parti vers Londres puis vers Paris pour respirer l’air du large et apprendre son métier. Sa participation à « La Nouvelle Star » lui a laissé un souvenir ému en même temps qu’une première (et importante) reconnaissance médiatique. « J’ai tenu à y participer, du moins aux premiers stades, parce que l’émission moins scénarisée, bien plus spontanée que sa concurrente sur TF1, fait la part belle au chanteur. » Et d’ajouter : « J’aime la prise de risques, la confrontation avec le public. » S’il le fallait, il y trouve confi rmation de sa vocation à laquelle il consacre tout son temps libre. Perfectionniste, il travaille à compléter sa formation, en suivant actuellement les cours de l’académie musicale Richard Cros dont la philosophie pluridisciplinaire le comble. Sport, théâtre, yoga… Si le chant demeure essentiel, ce qui contribue à façonner un artiste épanoui n’est pas oublié.

Sa rencontre avec Christian Bordeleau s’est faite lors de la première série de représentations de Torch Song Trilogy en 2005. Il devient vite évident qu’il va participer à la distribution de Jeffrey.Durant la série d’auditions passées pour compléter le casting, il tient le rôle-titre sans savoir qu’il va fi nalement devoir l’assumer

su scène. Divine surprise que ce personnage dans la peau duquel il rentre bien volontiers tout en gardant ses distances. « Je me demande comment je réagirais confronté aux situations dans lesquelles il se trouve », s’interroge-t-il, avant de résumer d’une phrase sa joie de se retrouver sur scène aussi bien entouré : «spectateurs vont avoir de la musique, de la danse, en bref, show dans le théâtre et ce mélange génial nous oblige à nous dépasser ! Tout ce que j’aime ! »

Théâtre Clavel  : 3, rue Clavel 75019 Paris – M° Pyrénées

Du 8 janvier au 29 mars : lundi, mardi, mercredi et jeudi à 21 h 30

01 42 38 22 58

 

A propos Sensitif

Journaliste, photographe, éditeur du magazine Sensitif : www.sensitif.fr
Cet article a été publié dans Spectacle vivant. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s