Lettres de délation

 

Puisant dans les millions de lettres écrites en grande partie pour dénoncer les juifs durant la seconde guerre mondiale (et publiées dans un livre d’André Halimi*), François Bourcier présente sur la scène de la Comedia un spectacle d’une immense qualité. Ce voyage dans la noirceur humaine s’avère lumineux, édifiant, intense et d’une utilité rarement égalée.

 

 

Durant l’occupation, les « bons Français » avaient la plume facile. Jalousie, stupidité et cupidité, les plus bas instincts, aiguisés par une période de chaos, remontent à la surface et laissent libre cours à une haine irrationnelle contre les juifs, les francs-maçons ou les homosexuels. Toutes les raisons sont bonnes pour s’attaquer à ceux qui sont différents et en premier lieu aux juifs accusés de tous les maux. Cette violence antisémite (exprimée ici avec une froideur effrayante) n’est pas nouvelle, mais elle prend, durant la guerre, des proportions dramatiques que personne, hormis quelques malades, ne peut oublier.

 

Ces lettres, écrites avec un certain soin, pétries d’hypocrisie et de cynisme, lâches et veules, venues de toutes les couches de la société, sont la quintessence de ce que l’esprit humain peut produire de pire, hors la violence physique. On pense, par exemple, à ce père qui dénonce le chirurgien ayant opéré avec succès son jeune fils ou à ce « patriote » qui vient demander des comptes aux Allemands, trouvant que deux ans après sa création, le pourtant sinistre Commissariat aux Questions Juives s’est montré bien complaisant et se demandant ce que fait la police française face à « la juiverie qui tient encore le haut du pavé »…! Comment ne pas être pris d’un profond dégout à l’audition de telles horreurs ? Il est pourtant de notre devoir de les entendre, de nous souvenir, de songer que ces lettres immondes sont aussi (hélas!) dans la nature humaine.

On les entendra d’autant plus volontiers que François Bourcier, en magicien qu’il est, a su transformer ce moment en vrai spectacle. Le texte est allégé et revigoré par une mise en scène riche (en symboles notamment) et mouvementée où le comédien donne vie à plusieurs personnages, soutenu par des extraits musicaux et vocaux (Catherine Allegret, Jean-Claude Dreyfus, Francis Lalanne). Le public, attentif, semble suspendu à ses lettres comme à ses lèvres et l’observe avec une émotion qui jamais ne décroit. L’on ressort de Lettres de délation avec l’envie de comprendre, de parler et surtout de dire autour de soi que rater pareil spectacle serait une bien triste chose !

 

 

Philippe Escalier

 

 

Espace La Comedia : 6 impasse Lamier (angle 8, rue Mont-Louis) 75011 Paris M° Philippe Auguste – dimanche, lundi, mardi et mercredi à 20h45 – 01 58 39 39 15 ou resa@la-comedia.com

 

*La délation sous l’occupation par André Halimi aux Editions L’Harmattan

 

 

A propos Sensitif

Journaliste, photographe, éditeur du magazine Sensitif : www.sensitif.fr
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Lettres de délation

  1. Nico dit :

    Salut Phil,je vois que tu est plus que prolix dans ton travail et j\’avoue que les observations et interpretations sont interessantes ! Meme si la critique peut etre tres hypocrite, celle la est sincere…. J\’ai parcouru tes billets en diagonale (dsl, mais une journee ne fait que 24h et c\’est malheureusement trop court ; <em>qui veut syndiquer avec moi pour mettre le soleil en phase a des journees de 36h ?</em>)Bref, c\’est tres bien parce que cela donne envie et n\’est-ce pas le but ?Cette conversation se terminera ainsi, les Zigotos ne cherchent qu\’a afficher le sourire sans perdre la face.

  2. Dr Adrou dit :

    Coucou Phil, tu vois quand on laisse des commentaires, sur mon blog, quand je peux j\’y réponds!!! Merci pour les bonnes critiques!!!A moi de venir naviguer maintenant sur ton blog.

  3. Unknown dit :

    Ah un blog qui change de l\’ordinaire dis dons ca fait plaisir de lire un peu autre chose je trouve ca tres bien: bonne critique! Voila ce qui m\’attend a mon futur stage lol, non je pense pas que je verrais ce genre de chose, ah oui je sui etudiante et je fais un stage dans un journal mais pas au service edition au service assistanat vu que je suis pas dans la branche journalisme mais j\’avoue c\’est un domaine qui m\’aurais plu et je regrette de pas avoir choisit cette fois! Merci pour le blog et bonne continuation!! jenifer

  4. Girafelle dit :

    Bonjour Philippe, Très intéressant votre billet sur cette période sombre de l\’humanité et drôle de coïncidence que je me retrouve ici aujourd\’hui.Le 10 septembre, j\’ai publié sur mon blog un poème composé par moi et qui est titré "Il y a ceux qui…" et qui se veut des "Réflexions sur les génocides". À ma grande surprise, ce poème très dur et profond ne m\’a apporté que 2 ou 3 commentaires. Soit qu\’il n\’ait interpelé que ces 3 personnes, soit qu\’on le trouvait trop dur pour en digérer les vérités profondes et qui de sucroît n\’y sont nullement exhaustives. Les être humains jouent souvent à l\’autruche lorsqu\’ils sont confrontés à leurs propres bêtises.Bravo pour votre blog. Je vais revenir vous lire.Par la même occasion, si l\’art vous intéresse, je vous invite à venir visiter ma galerie.Amicalement du QuébecClaudette

  5. Nico dit :

    Bonjour,la veille pour moi, c\’est aujourd\’hui…. je commence a croire que je vais aussi ecrire plus de commentaires sur mon blog prefere que le poete n\’ecrit de billets sur le theatre !!!!Non, sans blague tu croules surement sous le tavail et je te souhaite une bonne soiree de divertissements pour te remettre.C\’io

  6. Alexandre dit :

    Bonjour Philippe,Ca faisait un moment que je n\’étais pas venu, et je m\’en excuse. C\’est que ma rentrée scolaire a entrainé tout le travail qui va avec, et j\’ai du mal à trouver du temps libre pour m\’occuper de mon propre espace perso, et pour venir voir ceux que je connais comme le tien. Mais voilà, ce matin je me suis trouvé un petit moment propice à une petite visite ^^ Et je commente à ce billet car il me semble intéressant, ce thème tant de fois répété mais pourtant tjs intéressant à aborder, qu\’est la lourde répression qu\’ont subit non seulement Juifs mais aussi homosexuels, Tziganes ou handicapés, pendant cette période terrible de la Seconde Guerre Mondiale. Bon, d\’accord, je fais dans le pompeux mais je vois mal comment être léger sur un tel sujet !Sur ce, je crois que je vais devoir repartir. J\’espère prochainement pouvoir reprendre mon espace perso, mais ce n\’est qu\’une idée encore assez vague car mon temps libre est souvent pris par d\’autres activités ! Alors, à une prochaine !

  7. ann... dit :

    oui, l\’homme est capable du meilleur comme du pire, avec une inclinaisaon certaine pour faire le mal , malheureusement.Merci pour ces billets, toujours aussi intéressants , ça faisait un bail que je n\’étais pas passée chez toi, et comme d\’habitude, je passe un bon moment.à bientôtAnn.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s