Dis à ma fille que je pars en voyage

Deux femmes que tout oppose sont amenées à partager une cellule de prison. Le texte de Denise Chalem tout autant que l’interprétation, constituent deux surprises de premier ordre.

Lorsqu’elle entre dans sa cellule, perdue et terrorisée, le choc est rude. Menue, bien habillée, Caroline se retrouve coupée de tout. Pire, elle va cohabiter avec une détenue aux allures frustes et a priori indifférente. Dominique, visiblement habituée à l’endroit, regarde cette femme obsédée par la propreté, refusant la nourriture et portant des souliers en daim, comme la Joconde accrochée sur les murs d’un immeuble squatté du 9-3 ! Caroline a été condamnée pour abus de biens sociaux. Elle servait de maitresse et de couverture à un dirigeant d’entreprise fricotant avec un Chef d’État africain, une sorte de Christine Deviers-Joncours à laquelle Denise Chalem fait aussi penser physiquement. « Je n’ai jamais su compter les petites sommes », dit-elle à moment donné, prouvant que même dans l’adversité, la femme d’affaires reste ce qu’elle est. Face à elle, Christine Murillo, en détenue peu évoluée, ayant trouvée dans la prison une protection contre le monde extérieur, est phénoménale de vérité. Sa nomination au Molière de la meilleure comédienne ne doit rien au hasard. Peu à peu, Caroline va s’habituer, apprendre à lutter, s’endurcir. Entre les deux femmes, le courant va passer, une véritable amitié va se nouer.

Denise Chalem a écrit un texte surprenant où elle exprime parfaitement la détresse liée en l’enfermement, ses aspects humiliants, le danger lié aux longues peines. L’univers carcéral où tout se deale est fort bien décrit avec une plume trempée dans un humour toujours cinglant, ne s’estompant que pour laisser la place à des instants poignants. Ce tête à tête entre deux femmes, – sans oublier Christine Guerdon dans ses deux rôles de gardienne – par son humanisme, sa drôlerie et sa sensibilité, nous a profondément touchés.

Philippe Escalier 

Théâtre de l’Œuvre : 55, rue de Clichy 75009 Paris M° Place de Clichy – du mardi au samedi à 21h, matinée samedi18h – 01 44 53 88 88

A propos Sensitif

Journaliste, photographe, éditeur du magazine Sensitif : www.sensitif.fr
Cet article a été publié dans Spectacle vivant. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Dis à ma fille que je pars en voyage

  1. Unknown dit :

    un saut chez moi …un saut chez toi …juste le temps de …j\’espère que ces tois petits … te …à tout de suite …avant la soirée "silence" qui s\’annonce …je serai dans un autre pays ce soir …mais les étoiles brillent partout "pareil" …=@)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s